6 Juin: c'est dur d'être une maman débutante parfois !

Publié le par notrepetitroi.over-blog.fr

 premier oeuf de maman poule

 

 

"L'amour d'un enfant est un absolu. Il faut y répondre par l'absolu ou par rien du tout. Il n'y a pas de moyen terme." (H. OUVRARD)

 

Etre Maman Marmotte, ce n'est pas de tout repos. Physiquement bien sûr, car c'est parfois un sport de haut vol que de s'occuper d'une petite créature encore assez peu autonome. Mais moralement aussi c'est parfois épuisant, surtout quand Maman Marmotte est rongée d'angoisses....

 

C'est comme ça, la Maman Marmotte que je suis devenue est angoissée pour un oui, pour un non. C'est quelque chose qui date de bien avant l'arrivée de Petit Roi parmi nous. Je ne saurais dire à quand ça remonte ni même à quoi c'est dû...

Avant la grossesse l'angoisse portait souvent sur la perspective de ne jamais connaître le bonheur d'être Maman Marmotte. Pendant la grossesse l'angoisse tournait autour de la perte du bébé. Et maintenant, ce n'est plus une angoisse, mais tout un florilège qui chaque jour vienne tourmenter la nouvelle Maman que je suis.

 

Ma principale peur est de perdre mon petit Roi. La Mort Subite du Nourrisson n'est pas encore à écarter, et donc j'y pense souvent, peut-être aussi parce que mon bébé me rappelle un autre bébé qui a failli mourir sous mes yeux il y a pourtant 24 ans déjà....

Ce bébé est devenu grand, mes souvenirs s'étaient dissipés, mais avec l'arrivée de Petit Roi, un garçon en plus, je pense que c'est revenu. Alors il m'arrive de psychoter, parfois à tort (heureusement d'ailleurs !) mais parfois à raison, comme hier soir....

 

Hier soir, avant d'aller me coucher, je n'ai pu m'empêcher d'aller regarder dormir mon Petit Prince. J'arrive dans sa chambre et je le trouve tourné sur le côté, la tête très proche du tour de lit molletonné .... Je me dis qu'il pourrait s'étouffer, que dès demain j'enlève ce tour de lit.... J'essaie de ne plus y penser (trop tard, me voilà préoccupée) et je vais donc me coucher.

Au bout d'une heure à peine on entend bébé gémir dans le babyphone.... Je vais voir: il a la tête collée au tour de lit, comme aspirée par celui-ci, et bébé pleure et se débat, comme s'il était coincé, mais surtout parce qu'il n'arrive pas à se sortir de cette situation. Alors forcément j'ai pris Arthur dans mes bras et j'ai demandé à Papa Ours de venir m'aider à retirer ce foutu tour de lit..... Tout en calmant notre petit Amour qui avait dû avoir bien peur le pauvre....

Ce qu'il y a c'est que jusqu'à présent Bébé dormait sur le dos, comme le recommandent tous les médecins. Mais Loulou grandit, et il apprend à se retourner. Du coup depuis quelques jours il tourne le haut de son corps vers la droite pour dormir. Et du coup le tour de lit est devenu dangereux.....

Enfin bon maintenant ce problème est réglé, et ce n'est pas plus mal.

 

Mais à moi aussi de moduler mes angoisses, de ne pas paniquer dès qu'il pleure longtemps sans que je ne comprenne pourquoi, d'accepter de le confier à ses grands-parents, à sa future nounou.... C'est très dur tout ça....

 

POEME: "L'amour maternel" (de Evariste Boulay-Paty)

 

Dans cette vie humaine où tout n'est que chimère,
Où chaque sentiment vif et beau se ternit,
Où le plus étroit nœud demain se désunit,
Où la douce amitié bientôt devient amère,


L'amour maternel n'est point chose éphémère,
II ne trompe jamais, et jamais ne finit.
Le vaisseau vole au port, l'oiseau vole à son nid,
Et le cœur de l'enfant vole au cœur de la mère.


Le doute affreux se glisse en chaque attachement ;
L'expérience est triste et cache un ver en elle ;
Si l'on aime beaucoup, l'on craint profondément.


Mais qui douta jamais de l'âme maternelle ?...
L'amour coule de source en ce grand sentiment,
Et la lèvre du fils boit à l'onde éternelle.

 

 

 J'aime cet enfant à un point que je n'imaginais pas... Et c'est parce qu'il a tout bouleversé en arrivant, en concrétisant tant d'espoirs, que j'ai maintenant tellement peur de le perdre....

Parfois, bien qu'il soit parmi nous depuis plus de 4 mois, j'ai encore du mal à réaliser que tout celà est bien réél, que cet enfant qui me sourit et me regarde avec ses grands yeux bleus, cet enfant si adorable, c'est le mien, c'est le nôtre.

J'ai l'impression qu'hier encore j'étais sur les bancs de l'école (hum... à moins que ce ne soit parce que je suis instit  ?!), l'impression que tout s'est passé tellement vite ces 10/15 derniè-res années.... Et surtout ces 5 derniers mois, je me souviens encore de mon impatience en fin de grossesse et de toutes ces personnes qui me disaient "Patience, tu verras ensuite ça passe trop vite...". Elles avaient raison, ça passe trop vite.

Mais chaque nouvelle journée est une découverte auprès de mon bébé, alors je garde mes beaux souvenirs et je m'en construis de nouveau chaque jour.

 

Petit Arthur j'espère qu'un jour tu comprendras que si je ne te semble pas parfaite, c'est parce que je t'aime et que je m'inquiète pour toi. Je ferais tout pour ne pas te mettre la pression, pour te laisser t'épanouir, pour ne pas t"étouffer. J'essaierai d'être ton guide dans la jungle de la vie comme on dit, j'essaierai de te laisser faire tes choix. Ton Papa aussi sera là, et ensemble nous essaierons de t'apporter tout ce que tu mérites, car toi tu nous apportes déjà tellement.....

 

 

Publié dans l'histoire d'Arthur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> Je viens de lire ce récit.Beaucoup de Mamans ( je dis bcp parce que certaines sont "graves" avec leurs enfants , tu vois ce que je veux dire !!!) sont comme toi mais l'angoisse de chaque instant<br /> est collée aux tripes , il faut que tu la gères mais qd on aime un enfant , ses enfants, c pour toute la vie et l'angoisse est là: BB, à 6,10,15,20 ,30 et là tu as 36 et j'ai tjrs cette<br /> angoisse...<br /> en lisant celà , je me posais la question de savoir si tu avais changé d'avis sur certains de tes dires ? tu comprends ?...j'aimerais savoir...<br /> <br /> <br />
Répondre